Chargement

Le Portugal

    

 

Le Portugal, de par sa situation géographique, offre des conditions climatiques idéales. Le pays est devenu une destination phare pour les touristes et les retraités européens. Nous vous proposons de comprendre pourquoi.

Une situation géographique idéale et un climat avantageux toute l’année

Le Portugal longe l’océan Atlantique, offrant une multitude de plages de sable fin. Avec environ 300 jours d’ensoleillement par an, le Portugal bénéficie d’un ensoleillement garanti et de températures agréables toute l’année.

La proximité avec la France : vous pouvez bénéficier des multiples liaisons aériennes (dont beaucoup de low cost) entre les grandes villes de France et les trois aéroports internationaux du Portugal (Porto, Faro, Lisbonne) ; les réseaux ferrés et les autoroutiers assurent quant à eux des trajets internes efficaces.

Un contexte économique et géopolitique sécurisé

Le Portugal est situé au sein de la zone euro et est facilement accessible pour une clientèle touristique européenne qui recherche la simplicité dans ses déplacements.

Possédant une réglementation immobilière et un système juridique comparables à ceux de la France, le Portugal apparait comme un espace sécurisé pour investir.

De plus, l’économie portugaise émet des signaux très favorables depuis 2016 avec une croissance de près de 1.4%.

Grâce à une reprise de la consommation intérieure et un essor de la construction, dopé par un afflux de touristes et de retraités, le Portugal continue sa progression économique.

Enfin le coût de la vie y est, en moyenne, inférieur à celui de la France.

Investir au Portugal

Même si les prix ont augmenté depuis 3 ans ils restent inférieurs au marché immobilier de Paris. La location saisonnière est facile et très rentable.

A Lisbonne et à Porto, les Français recherchent « des biens proches du centre historique, dans des endroits tranquilles, ou alors en plein coeur de ville ».  Dans la capitale, comptez entre 4.000 et 5.000 € le mètre carré pour un appartement à rénover. Il y a peu, un deux-pièces de 62 m2, refait à neuf et situé dans une résidence avec piscine, s'est vendu à 275.000 € dans le centre historique de la ville. A Porto, avec un prix autour de 2.500 € le mètre carré, vous pouvez espérer obtenir « une rentabilité de 6 à 8 % pour de la location saisonnière ou de 4,5 % pour une location sur le plus long terme », analyse Francisco Xavier Esteves, directeur de l'agence Barnes au Portugal.

Au sud, la région de l'Algarve est aussi très prisée des investisseurs français. Un particulier qui a acheté à Albufeira, a pu s'offrir un trois-pièces, dans une résidence avec piscine et ascenseur, pour seulement 220.000 €, là où il aurait dû dépenser 500.000 € pour le même type d'appartements, moins équipé, à Nantes (Loire-Atlantique). Mais « gare aux villes fantômes pendant l'hiver » dans l'Algarve.  Misez plutôt sur des villes comme Faro ou Albufeira, où les commerces sont ouverts toute l'année.

Un paradis fiscal

Bonne nouvelle : Exonération d'impôts sur le Revenu de retraites pendant 10 ans !

Depuis Janvier 2013, tous les retraités du secteur privé qui séjournent au moins 183 jours au Portugal ou qui aient, au 31 décembre une habitation avec l’ensemble des conditions de logement susceptibles de supposer que l’individu à l’intention de l’utiliser et l’occuper comme sa résidence habituelle seront exemptés d’Impôt sur les Revenus provenant de sources étrangères de personnes physiques pendant un délai de dix ans.

Cette exemption pourra être cumulée avec les autres applicables aux « résidents non-habituels portugais », déjà en vigueur, et qui permettent une exemption des revenus perçus à l’étranger. Ce régime de résidence Non – Habituelle a encore un avantage supplémentaire : il applique une imposition forfaitaire de seulement 20% applicable sur les revenus provenant de prestation de services et des salaires perçus au Portugal. Dividendes, intérêts, plus-values et tout autre revenu de source étrangère seront exempts de l’Impôt sur le Revenu des personnes physiques.

Pour bénéficier de cette mesure, il vous suffit de ne pas avoir été imposé comme résident fiscal au Portugal ces 5 dernières années et avoir de justifier au 31 décembre d’une habitation au Portugal que vous occupez comme résidence principale.

A l’issue de cette période de 10 ans, et sauf prorogation de ce régime, les « résidents non-habituels » deviendront assujettis au régime normal d’imposition portugais, dont le taux varie entre 14.5% et 48% pour les revenus excédant 80 000 € (un impôt de solidarité au taux de 2.5% est également dû pour les revenus excédant 80 000 € et 5% pour les revenus supérieurs à 250 000 €).

Fiscalité du patrimoine

Il n’existe pas d’impôt sur le patrimoine des personnes physiques au Portugal.

Seul un impôt sur les biens immobiliers situés au Portugal (équivalent à notre taxe foncière) est prélevé par les municipalités. Cette taxe est généralement comprise entre 0.3% et 0.5% pour les propriétés urbaines, et 0.8% pour les propriétés rurales, et est assise sur une valeur déterminée notamment en fonction de l’utilisation et de la localisation des propriétés concernées.

Droits de succession et de donation

Le 1er janvier 2004, le Portugal à officiellement mis fin aux droits de succession et aux droits applicables aux donations à titre gratuit. Désormais, seul un droit de timbre est dû sur les biens situés ou présumés être situés au Portugal. Ce droit est prélevé au taux de 10%, auquel il faut rajouter un impôt supplémentaire de 0.8% lorsque la transmission concerne un bien immobilier.

Cependant, les transmissions à titre gratuit (successions ou donations) au profit d’époux, de descendants ou d’ascendants résidents fiscalement au Portugal sont exonérées de ce droit (En l’absence de convention sur les successions et donations avec la France, une transmission à titre gratuit réalisée au profit d’un résident français sera imposable en France.

L’Exit Tax, un obstacle à l’expatriation

L’Exit Tax correspond à l’imposition de la plus-value latente existant sur les titres détenus par un contribuable au jour de son départ de France.

Cet impôt est applicable aux contribuables qui transfèrent leur domicile fiscal hors de France et qui détiennent, directement ou indirectement, une participation représentant plus de 50% des bénéfices sociaux d’une société dont le siège social se situe en France, ou lorsque la valeur globale de cette même participation excède 800 000 €.

Cette Taxe est en cours de suppression.